La paix mise à mal en Colombie. Le président colombien Juan Manuel Santos a suspendu, mercredi 10 janvier, les négociations de paix avec la guérilla de l’ELN délocalisées à Quito, en Équateur, après une attaque attribuée aux rebelles intervenue dans la matinée. « J’ai parlé avec le négociateur en chef du gouvernement à Quito [Gustavo Bell, NDLR] afin qu’il revienne immédiatement (à Bogota) pour évaluer l’avenir du processus », a déclaré le chef de l’État lors d’une allocution télévisée.

Santos, qui n’a pas donné davantage de détails, a dénoncé la reprise des « attaques terroristes contre la population, les forces armées et les infrastructures ». Un peu plus tôt, l’entreprise publique pétrolière Ecopetrol a dénoncé un « possible attentat » contre un puits situé dans le département de Casanare, dans l’est de la Colombie.

Par ailleurs, les autorités ont rapporté une attaque à la grenade contre un poste de sécurité de l’armée dans le département d’Arauca, à la frontière avec le Venezuela, où l’ELN a une forte présence. Des soldats auraient été blessés, selon les médias locaux. « Mon engagement avec la paix a été et sera total. Mais la paix se conquiert avec de la bonne volonté et des actes concrets. Pas seulement avec des mots », a déclaré Juan Manuel Santos.

Un cessez-le-feu historique

Un cessez-le-feu bilatéral entre le gouvernement et l’Armée de libération nationale (ELN), dernière guérilla active de Colombie, était en vigueur entre le 1er octobre et le 9 janvier à minuit. C’est la première fois de son histoire que cette guérilla, inspirée de la révolution cubaine et issue en 1964 d’une insurrection paysanne, signait un accord de ce type.

Mardi, jour de la fin de la trêve, les deux parties avaient entamé des pourparlers en vue d’une prolongation de la trêve. Ils devaient reprendre mercredi avant cette annonce de Bogota.

Bien que le gouvernement colombien et la guérilla guévariste aient chacun de leur côté exprimé à plusieurs reprises leur volonté de prolonger cette trêve, l’accord précédent avait déjà été fragilisé par des accusations mutuelles de violations.

En un demi-siècle, le conflit armé colombien, impliquant des guérillas, des paramilitaires, des forces gouvernementales et des trafiquants de drogue, a fait au moins 260 000 morts, plus de 60 000 disparus et 7,4 millions de déplacés.

Avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here