La Tunisie fait face à une grogne sociale depuis quelques jours. Dans la nuit de lundi à mardi, un homme est décédé à Tebourba, au sud, dans des circonstances non encore élucidées.

Des évènements qui ont poussé le ministre des Finances à lancer un appel aux manifestants.

“Les taxes ne touchent en rien le panier pour tout ce qui est produits alimentaires et autres, puisqu’ils sont hors champ TVA”, a expliqué le ministre tunisien des Finances Ridha Chalghoum.

Le gouvernement qui reconnaît le droit à la manifestation appelle au ressaisissement face aux défis économiques du pays.

‘‘Parmi les acquis de la démocratie, il y a la possibilité de s’organiser, la possibilité de manifester. Mais on a aussi l’obligation de travailler pour que l‘économie tunisienne soit une économie saine. Une économie où cette croissance qui a pointé le bout du nez en 2017 se consolide davantage”, a-t-il ajouté.

Au centre de la contestation, les mesures d’austérités annoncées par Tunis. Les populations redoutent une hausse des prix des denrées alimentaires. Le gouvernement tente de rassurer.

Près de sept ans après le printemps arabe de 2011, le mois de janvier donne lieu à des contestations d’ampleur en Tunisie.

Baye Bacar NDAO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here