En République de Congo, Norbert Dabira, un officier proche du président Sassou accusé de tentative de putsch a été interpellé mercredi à Brazzaville, renseigne une source policière.

« Il a passé la nuit à la DGST (Direction générale de surveillance du territoire) et s’y trouve encore pour interrogatoire”, a indiqué sous couvert d’anonymat une source proche de cet officier.

Ancien inspecteur des Forces armées congolaises et un ex-Haut Commissaire chargé de la réinsertion des ex-combattants, cet originaire de la Cuvette (nord) comme M. Sassou Nguesso, est cité dans une affaire de tentative de coup d’Etat contre le régime congolais.

Déjà, en décembre, il avait été interpellé par les services de la DGST qui l’ont par la suite libéré.

Selon la presse congolaise, l’officier, désigné comme le cerveau de l’opération échouée, aurait contacté un autre officier de l’armée congolaise, le chef de la garde républicaine, pour mettre sur pied le coup d’Etat.

Mais le projet a été mis à l’eau après que les services de renseignements eussent intercepté des appels téléphoniques compromettant entre les deux officiers.

Il faut noter que l’interpellation du général Dabira intervient alors que des opposants accusés de troubles à l’ordre public et d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État sont en détention depuis plusieurs mois sans jugement.

Parmi eux, figurent le général Jean-Marie Michel Mokoko, 70 ans, ancien chef d‘État-major de l’armée congolaise et l’ancien ministre André Okombi Salissa, tous deux candidats malheureux à la présidentielle contestée de 2016.

De son côté, le gouvernement congolais a promis de les juger au premier trimestre 2018.

Baye Bacar NDAO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here