En Mauritanie, des professionnels de la presse estiment à un peu plus de trois millions de FCFA la perte mensuelle due à la non parution des journaux, apprend VOnews.

Pour rappel, depuis plus d’un mois, les kiosques du pays sont vides, officiellement c’est la pénurie de papier à l’imprimerie nationale qui est à l’origine de cette situation.

Dans cette situations, certains journalistes commencent à douter de la bonne foi des autorités qui avaient promis de résoudre le problème pendant la première semaine du mois de janvier.

En attendant les Mauritaniens ne lisent plus leurs journaux privés depuis le mois dernier. La faute à leur absence dans les kiosques.

Une absence imputée aujourd’hui à une pénurie ou absence de papier au sein de l’imprimerie nationale. Elle qui, en raison d’une crise financière, accuserait près de deux mois d’arriérés de salaire des employés et éprouverait des difficultés à importer le papier.

Étant presque dans une position de monopole, la structure fait l’impression de la quasi-totalité des quotidiens, hebdomadaires et magazines du pays.

Conséquence, même les organes de presse étatiques qui, au début de la carence en octobre dernier paraissaient quand même, sont ces derniers temps absents dans les kiosques. Le cas des quotidiens Chaab diffusant en arabe et de Horizons en français.

Baye Bacar NDAO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here