Le chef de l’Etat ougandais, Yoweri Museveni a accusé l’Organisation des Nations Unies de “préserver le terrorisme en République démocratique du Congo”, où des rebelles ont mené plusieurs attaques ces dernières semaines dans la région de l’Est.

M. Museveni a tenu ces propos après une rencontre avec des responsables des Nations unies qui enquêtent sur l’attaque qui a coûté la vie à 15 Casques bleus tanzaniens, dans l’Est de la RDC.

Cette attaque, menée début décembre, a été attribuée aux Allied Democratic Forces (ADF), un groupe rebelle islamiste ougandais qui opère dans la jungle chaotique de l’est du Congo depuis des années.

“Les Nations Unies sont responsables de la préservation du terrorisme en République démocratique du Congo”, a déclaré Museveni aux enquêteurs onusiens, selon un communiqué de la présidence. Pour l’heure, aucune réaction de l’ONU.

Selon l’agence Reuters, par ces mots, le président ougandais accuse l’ONU de laxisme face aux attaques répétées des rebelles de l’ADF. Signe de son exaspération, quelques jours après l’attaque, Kampala a effectué des frappes aériennes et d’artillerie sur les camps du groupe, assurant avoir la certitude que les ADF préparaient des attaques contre l’Ouganda.

Pour mémoire, en RDC, l’initiative ougandaise avait fait des remous. Les autorités congolaises affirmaient en effet n’avoir pas donné l’autorisation à l’armée ougandaise de mener ces opérations.

Baye Bacar NDAO

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here