Dans environ cinq mois, le Zimbabwe connaîtra ses premières élections sans son ancien leader, Robert Mugabe. C’est le président Emmerson Mnangagwa lui même qui en a fait l’annonce, apprend-on.

Le nouvel homme fort a fait l’annonce alors qu’il se trouve actuellement au Mozambique pour une visite officielle, rapporte le journal pro-gouvernemental The Herald.

“Le Zimbabwe va organiser des élections dans quatre ou cinq mois et nous devons prêcher la paix, la paix et la paix parce que nous savons que c’est essentiel pour nous et nous ne doutons pas que nous aurons des élections pacifiques”, a déclaré M. Mnangagwa.

Et d’ajouter : “Nous veillerons à ce que le Zimbabwe ait des élections libres, crédibles, équitables et indiscutables pour que le pays s’engage dans le monde en tant qu‘État démocratique qualifié”.

Pour mémoire, dès son arrivée à la fonction suprême après la démission de Robert Mugabe en novembre, Emmerson Mnangagwa a, en effet, promis d’organiser des élections démocratiques et crédibles courant 2018, sans en préciser la date.

Il le sait, ce scrutin sera sans aucun doute suivi de très près par la communauté internationale, qui en fera un gage de la crédibilité démocratique du Mnangagwa.

La tenue des élections permettra, en outre, la remise en scelle des relations diplomatiques entre le Zimbabwe et la communauté internationales, mais également, avec les institutions financières pour le déblocage de l’aide financière, nécessaire à la relance économique du Zimbabwe.

Selon la Constitution, le Zimbabwe devrait tenir des élections entre le 22 juillet et le 22 août, mais le Parlement peut choisir de se dissoudre, déclenchant dès lors un vote anticipé. La ZANU-PF au pouvoir détient une majorité des deux tiers au Parlement.

Baye Bacar NDAO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here