Au Bénin, la Cour constitutionnelle devrait rendre publique dans la journée sa décision sur le droit de grève, apprend-on. 

Pour mémoire, les députés ont voté deux lois pour le retirer aux agents de santé, personnel de la justice, forces de sécurité d’une part et aux magistrats d’autre part. En réaction, les sept centrales syndicales ont lancé cette semaine une grève dans la fonction publique de 72h. Cette décision est évidemment très attendue.

L’information a circulé dès hier après-midi sur les réseaux sociaux : la Cour constitutionnelle a cassé la loi supprimant le droit de grève. Elle invite les députés à l’encadrer plutôt qu’à le retirer. « Bravo à la Cour qui retourne leur copie aux députés », « ce régime ne mettra pas le pays à genoux », peut-on lire par exemple sur Facebook et Whatsapp.

La nouvelle a déclenché une avalanche de commentaires et de demandes de confirmation en l’absence d’annonce officielle. Du côté de la Cour constitutionnelle, on confirme que les sept sages ont vidé le dossier sur le statut de la Fonction publique.

On indique que la décision sera probablement rendue publique ce vendredi, après été avoir été notifiée au chef de l’Etat et au président de l’Assemblée nationale. Dans l’entourage du président Patrice Talon, on ne confirme pas encore l’information, mais on rappelle que le gouvernement se conformera à la décision de la Cour.

Du côté des syndicats, on parle déjà de soulagement mais pas encore de victoire, car le combat continue. Un peu plus tôt dans la journée, avant les premières fuites, les syndicats ont décidé de reconduire la grève de 72h pour la semaine prochaine.

Baye Bacar NDAO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here