À l’issue d’une réunion regroupant des membres du Comité international olympique (CIO), des représentants nord et sud-coréens ainsi que des membres du comité d’organisation des JO de Pyeongchang, le président du CIO Thomas Bach a annoncé samedi 20 janvier que les deux Corées défileront ensemble lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux d’hiver.

Comme dévoilé il y a quelques jours dans les médias, la Corée du Sud et du Nord se sont également mises d’accord pour ne former qu’une seule équipe féminine de hockey sur glace.

« Un problème d’équité sportive »

Sur le plan symbolique, cette décision a été saluée par le CIO. « Cette journée marque un moment historique à l’issue d’un long processus », a ainsi déclaré Thomas Bach. En revanche, d’un point de vue sportif, cette équipe commune fait grincer quelques dents.

La fédération suisse de hockey sur glace n’a pas caché son agacement, avant même l’annonce officielle. « La participation d’une équipe coréenne unie est une bonne idée sur le plan politique et diplomatique mais sur le plan de l’équité sportive, cela pose plus de questions », a ainsi déclaré jeudi 18 janvier à l’AFP Janos Kick, porte-parole de la Fédération suisse de hockey sur glace.

« Je ne sais pas si l’équipe coréenne sera meilleure en accueillant des sportives nord-coréennes, mais cela risque de créer un précédent », a-t-il estimé. « Selon les médias sud-coréens, l’équipe coréenne unie pourrait disposer de 35 joueuses alors que les autres équipes n’en auront que 22. Cela pose donc un problème d’équité sportive ».

« Une idée absurde »

Comme le rapporte l’agence Reuters, ce rapprochement n’est également pas non plus très bien perçu en Corée du Sud. Certains membres de l’équipe féminine de hockey ont été choqués en apprenant cette décision. « Ils ont été tout simplement furieux. Ils trouvent cette idée absurde », a expliqué l’un des dirigeants de la fédération de hockey sud-coréenne sous couvert d’anonymat ». « Nous sommes sans voix de voir que le gouvernement le fasse de but en blanc et nous demande de jouer avec de complets étrangers lors des Jeux ».

Du côté des supporters, l’idée d’une seule équipe passe également très mal. Selon le Korea Times, une pétition a même été lancée par un fan appelé Hong pour demander au ministre des Sports Do Jong-hwan d’annuler ce projet. Il estime qu’en permettant à des Nord-Coréennes de rejoindre l’équipe, cela va « empêcher certaines joueuses sud-coréennes de participer aux Jeux ou réduire leur temps sur la glace ».

L’entraîneuse canadienne de la sélection sud-coréenne Sarah Murray a elle-même fait part de sa stupéfaction, à seulement quelques semaines du début de la compétition. « Les sud-coréennes et les nord-coréennes ont une manière très diffirente de jouer et de s’entraîner. Cela va prendre au moins un mois pour leur apprendre notre système de jeu », a-t-elle expliqué. « Même si elles sont très utiles au sein de l’équipe de Corée du Nord, je ne pense pas qu’il y ait des joueuses assez bonnes pour intégrer nos trois premières lignes ».

Les deux Corées, qui sont officiellement toujours en guerre, ont déjà défilé ensemble lors des cérémonies d’ouverture des JO en 2000 à Sydney, en 2004 à Athènes et en 2006 à Turin. Elles n’ont en revanche jamais fourni d’équipe commune lors de jeux internationaux pluridisciplinaires. À ce jour, elles n’ont formé une sélection avec des sportifs des deux pays que lors des Championnats du monde de tennis de table, en 1991.

avec France24

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here