Exif_JPEG_420

La campagne électorale pour les élections communales du 4 février prochain ont été officiellement ouverte samedi 20 janvier sur l’étendue du territoire national.

Elle durera 15 jours et sera une occasion pour les candidats des différentes communes urbaines et rurales de vendre leur projet de société.

30.000 candidats sont en lice sur 1.300 listes de partis ou coalitions politiques et listes indépendantes.

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI, organe chargé des élections en Guinée), Salif Kébé, a invité les acteurs politiques, à tous les niveaux, à s’inscrire dans la logique d’une campagne civilisée et apaisée, afin d’éviter de compromettre la tenue réelle des élections à la date indiquée par la loi.

Dans une déclaration lue sur les ondes des médias du service public, M. Kébé a déclaré qu’il rêvait d’une compétition où le vaincu, avec élégance, irait féliciter son rival, et où le vainqueur saurait avoir le triomphe modeste.

« J’en appelle donc pour une campagne civilisée, apaisée, fraternelle, où les propos seront toujours pondérés », a-t-il déclaré. « La Nation guinéenne représente notre patrimoine commun, elle est pour cette raison au-dessus de nos aspirations individuelles et nos intérêts partisans, aussi légitimes soient-ils », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, il estime que l’unité nationale et la cohésion sociale doivent guider les actes de chacun.

Plus de 5 millions d’électeurs se sont inscrits dans le fichier de la CENI pour le vote du 4 février prochain à l’issue duquel les responsables des 342 communes rurales et urbaines du pays seront élus.

La CENI va installer plus de 15.000 bureaux de vote pour départager les différents candidats.

Le coût de l’organisation des élections communales est estimé, selon le budget de la CENI, à plus de 350 milliards de francs guinéens, soit 41 millions de dollars américains.

Le gouvernement guinéen contribuera seulement à hauteur de plus de 90 milliards de francs guinéens, soit 10 millions de dollars américains. Le reste étant supporté par les partenaires au développement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here