Un fonds pour les victimes d’Hissène Habré a été mis en place. C’est un premier pas vers l’indemnisation des victimes du régime d’Hissène Habré, au pouvoir au Tchad de 1982 à 1990, avec la création d’un fonds pour les victimes.

 

Le principe avait été validé, il y a un an et demi, par l’Union africaine, mais il aura fallu attendre jusqu’au dernier sommet de l’UA pour passer à la prochaine étape.

Plusieurs organisations de défense des droits de l’homme s’en félicitent, mais rappellent qu’il reste encore beaucoup à faire pour que le travail d’indemnisation des victimes puisse vraiment commencer. Et le principal problème sera d’alimenter ce fonds.

Selon les informations, le fonds au profit des victimes est enfin créé, mais il n’a ni responsables ni ressources pour l’instant. A l’issue de son procès, Hissène Habré avait été condamné à verser plus de 80 milliards de francs CFA aux victimes, c’est-à-dire 150 millions de dollars.

Clément Abaïfouta est responsable de l’Association des victimes des crimes du régime de Hissène Habré (AVCRHH) et il attend maintenant des engagements de la part du gouvernement tchadien :

« Les victimes sont Tchadiennes, Hissène Habré est Tchadien, tout s’est passé sur le territoire tchadien. Je crois que le Tchad est en principe le pays qui devrait faire le premier pas et les autres vont suivre. Mais si le Tchad continue à ne pas faire le premier pas, ou ne fait pas le premier pas, je crois que cela va être difficile », a déclaré Abaïfouta.

L’Union africaine doit aussi contribuer à alimenter le fonds, mais on ne sait pas à quelle hauteur. L’organisation devrait aussi solliciter les bailleurs étrangers apprend-on.

Baye Bacar NDAO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here