Jacob Zuma n’a pas annoncé sa démission et maintient qu’il n’a rien fait de mal. Il l’a répété en direct à la télévision nationale sur SABC. Selon le chef de l’Etat sud-africain, dos au mur, appelé à partir, l’appel de son parti le Congrès national africain (ANC) à sa démission est « injuste ». Il a également annoncé qu’il fera une déclaration officielle dans la journée.
Les propos du président à la télévision nationale interviennent alors que ce matin l’ANC lui a posé un ultimatum : soit il démissionne d’ici demain matin, soit les députés ANC voteront en faveur d’une motion défiance contre le chef de l’état, demain après midi au Parlement.
Cette motion de défiance contre le chef de l’Etat a été déposée au Congrès par l’ANC ce matin. Elle sera débattue demain jeudi 15 février. Jacob Zuma a déjà survécu à huit motions de défiance grâce à son parti qui possède 249 sièges sur 400 au Parlement.
Jacob Zuma semble chercher à gagner du temps. Après des semaines de tractations, de rumeurs, de flottement, beaucoup de Sud-Africains commencent à s’impatienter sérieusement.

avec rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here