L’Afrique, inéluctablement une source d’inspiration pour la superstar américaine Beyoncé. Dans le cadre de la nouvelle tournée “On The Run II” qu’elle partagera avec son époux le rappeur Jay-Z, Queen B est allée puiser dans la cinématographie sénégalaise.

Juste à la fin du clip promo de la tournée dévoilé il y a peu, on peu voir le couple Carter assis sur une motocyclette ornée d’un crâne à longues cornes. Une référence directe à l’affiche d’un classique du cinéma sénégalais Touki Bouki, très vite repérée par le critique culturel Suede.

Prix de la critique internationale du Festival de Cannes dès sa sortie en 1973, Touki Bouki met en scène un couple d’aventuriers qui rêvent d’immigrer en France. Mais rien ne se déroule comme prévu. Satire de la grimace urbaine et des rites traditionnels, ce drame du Sénégalais Djibril Diop Mambéty regorge également de visuels esthétiquement riches, tout comme les récents clips vidéo de Jay-Z et Beyoncé.

Cette dernière s’est beaucoup inspirée de l’Afrique dans nombre de ses réalisations. Lors des Grammy Awards 2017, c’est dans la peau de la déesse nigériane Oshun que Beyonce, enceinte de ses jumeaux, a fait sa prestation. Pour le shooting culte réalisé lors de cette grossesse, la chanteuse a fait appel à Awol Erizku, un photographe d’origine éthiopienne.

Son album Lemonade sorti en 2016 emprunte davantage à l’Afrique avec des costumes et des collaborations artistiques issus du continent. En 2011, Beyonce avait tout simplement appris le Pantsula, une danse originaire des townships de l’Afrique du Sud de l’apartheid pour son clip “Run The World (Girls)”. Une vidéo à laquelle avaient participé un groupe de danseurs mozambicains.

Malgré cette reconnaissance de la diversité culturelle africaine, l’Afrique va falloir attendre encore pour voir la superstar jouer sur ses terres. En tout cas, pour le “On The Run II”, aucune date africaine n’est inscrite à l’agenda.

 

Baye Bacar NDAO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here