Trois jours après sa bicyclette mémorable face à la Juventus, Cristiano Ronaldo fait toujours parler de lui, mais sur un autre terrain cette fois. Ce vendredi, le quotidien espagnol El Mundo révèle en effet l’état des négociations entre le fisc espagnol et les équipes juridiques de la star du Real Madrid concernant les accusations de fraude fiscale dont elle fait l’objet en Espagne.
Petit retour en arrière tout d’abord. Depuis les révélations en décembre 2016 d’un consortium de 12 médias européens, les fameuses « Football Leaks », plusieurs personnalités du monde du ballon rond sont dans le viseur de la justice.
Soupçonné d’avoir dissimulé plus de 150 millions d’euros dans des paradis fiscaux entre 2009 et 2016, Cristiano Ronaldo est accusé de fraude fiscale en Espagne. Il est reproché au Portugais de ne pas avoir payé en Espagne ses impôts sur ses droits à l’image lors des années 2011, 2012, 2013 et 2014. Au total, le fisc l’accuse de quatre délits fiscaux pour un montant de 14,7 millions d’euros. Sur le plan pénal, Cristiano Ronaldo risque aussi plusieurs années de prison.
Le 19 mars dernier, El Mundo révélait que le clan du Portugais, qui plaide depuis le début une divergence d’interprétation de la législation espagnole, avait proposé au fisc espagnol de régler la somme de 4 millions d’euros pour mettre fin aux poursuites. Offre refusée par le fisc, qui lui réclame plus du triple, mais souhaite surtout qu’il soit symboliquement reconnu coupable.
Ce vendredi donc, ce même quotidien El Mundo nous apprend que le fisc s’apprête à faire une contre-proposition au joueur madrilène. Le fisc serait ainsi prêt à ne plus poursuivre Cristiano Ronaldo pour son délit fiscal de l’année 2014, estimé à 8,5 millions d’euros, réduisant ainsi de moitié la fraude totale présumée.
En échange, le fisc espagnol souhaiterait que le Portugais se reconnaisse coupable des délits fiscaux pour les années 2011, 2012 et 2013 et règle les sommes dues. S’il le fait, le Portugais devrait alors payer les 6,25 millions correspondants à ces années, plus des pénalités qui pourraient faire monter la facture à près de 10 millions d’euros. Mais même dans ce cas, le Portugais devrait aussi répondre de son délit fiscal de l’année 2014 sur un plan administratif, et devoir régler près de 20 millions supplémentaires au fisc. Soit une trentaine de millions au total.
Pourquoi Ronaldo accepterait ce deal ? Selon El Mundo, le fisc lui proposerait en échange de négocier une peine de prison inférieure à 24 mois et donc ne pas avoir à la purger, les peines de cette durée étant considérées comme du sursis en Espagne.

avec eurosport

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here