Le président du Zimbabwe Robert Mugabe est apparu vendredi en public pour la première fois depuis la prise du pouvoir par les militaires dans la nuit de mardi à mercredi à Harare, et le parti au pouvoir a fait savoir qu'il préparait sa mise à l'écart de la vie politique. /Photo d'archives/REUTERS/Mike Hutchings

L’ancien président zimbabwéen Robert Mugabe refuse de rendre les clés d’une résidence officielle proche de la présidence près de cinq mois après sa démission. Cela sonne comme la dernier acte de résistance de l’ancien chef d’État. 

Il a vécu dans cette résidence durant les 37 ans qu’il a passé au pouvoir. L’information a été rendu publique jeudi par le porte-parole de la Présidence zimbabwéenne.

Ces derniers jours, plusieurs médias locaux se sont étonnés que l’ancien président de 94 ans, n’avait toujours pas déménagé de cette résidence et qu’il ne montrait aucun signe de départ.

Le porte-parole de la présidence zimbabwéen George Charamba a expliqué que l’ancien chef d’état est pour l’heure à Singapour » pour consulter ses médecins comme il le faisait régulièrement. Robert Mugabe a démissionné en novembre dernier, à la suite d’un coup de force de l’armée.

Lâché par son propre parti, la Zanu-PF, il a été contraint de quitter son poste afin éviter une motion de destitution déposée contre lui au Parlement. Depuis c’est Emerson Gnagagwa, son ancien bras droit qui détient les reines du pourvoir.

Baye Bacar NDAO

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here