En Tunisie, le coup d’envoi de la campagne pour les municipales a été officiellement donné. Certaines villes ont célébré cette journée même si une partie des citoyens semble loin de l’effervescence. 

Avec plus de 2000 listes électorales dont plus de la moitié des candidats ont moins de 35 ans et 49% sont des femmes, les candidats ont quinze jours pour convaincre les tunisiens.

Sans surprise les deux coalitions politiques du gouvernement sont majoritaires sur les listes. Le parti laique Nidaa Tounes compte 325 listes et le parti islamiste modéré Ennahda 350.

Pour la première fois depuis la chute de Ben-Ali en 2011 la Tunisie va bientôt vivre ses premières élections municipales libres. La campagne vient de commencer si certains citoyens se sentent concernés, d’autres , au nord-est avouent ne pas croire en ces élections prévues le 6 Mai.

La Tunisie ne s’est pas encore dotée d’un code des collectivités locales, pilier fondamental qui encadre les élections. Ce qui inquiète l’ONG ATIDE, l’association tunisienne pour l’intégrité et la démocratie des élections.

Baye Bacar NDAO

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here