Les Tunisiens ont commencé à voter dimanche pour les premières élections municipales depuis la révolution de 2011, un scrutin jugé crucial pour enraciner au niveau local le processus démocratique mais accueilli sans ferveur dans l’unique pays rescapé du Printemps arabe.
Sept ans après la révolution, qui avait suscité de nombreux espoirs, beaucoup de Tunisiens se disent démobilisés en raison d’une inflation proche de 8%, d’un chômage toujours aussi élevé et des « arrangements » entre partis dominants, aux premiers rangs desquels Nidaa Tounès -fondé par le président Béji Caid Essebsi- et les islamistes d’Ennahdha.
Ce dimanche, les 11.185 bureaux de vote du pays accueilleront jusqu’à 18H00 (17H00 GMT) les Tunisiens qui éliront leurs conseillers municipaux à la proportionnelle à un tour. Ces conseillers devront ensuite élire les maires d’ici la mi-juin.
Plus de 57.000 candidats sont en lice, dont la moitié de femmes et de jeunes. Sur les 2.074 listes en course, 1.055 sont issues de partis, 860 indépendantes et 159 de coalition.

avec jeuneafrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here