Le jeune blogueur mauritanien qui avait été condamné à mort pour blasphème serait toujours en détention , selon des sources judiciaires alors que sa peine avait commuée en Novembre dernier .

Malgré un jugement rendu en novembre par la Cour d’appel de Nouadhibou qui avait commué sa peine de mort à deux ans de prison , le blogueur Mohamed cheik ould Mohamed est toujours détenu dans un lieu secret. Compte tenu que Mohamed cheik ould Mohamed a déjà purgé près de quatre ans de prison, il aurait dû être libéré sur le champ.

Le commissaire-adjoint aux droits de l’homme mauritanien, Rassoul Ould El-Khal , a fait savoir vendredi que le jeune homme serait en détention administrative en attendant la fin de la procédure judiciaire. Interrogée une source proche des autorités a évoqué qu’il se tenait en un « lieu sûr à Nouakchott ».

Des ONG réclament sa libération.

Agé d’une trentaine d’année , le jeune blogueur avait publié un article en arabe sur Facebook intitulé « La religion, la religiosité et les forgerons ».

Dans ce texte, il comparait l’attitude « sectaire et tribaliste » du Prophète Mahomet envers les Juifs d’Arabie du VIIe siècle à celle des Zwaya (groupes traditionnels religieux en Mauritanie) à l’égard de la caste des forgerons.

Baye Bacar NDAO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here