Pour des ONG aussi bien nationales qu’internationales, le régime d’Alassane devrait accélérer les enquêtes sur les crimes commis lors des violences post-électorales entre 2010 et 2011.

C’est un communiqué de dix ONG de défense des droits de l’homme dont Human Rights Watch (HRW) rendu public hier qui interpelle les autorités ivoiriennes, notamment le Chef de l’Etat, Alassane Dramane Ouattara. Pour eux, plusieurs victimes de la crise post-électorale de 2010-2011 attendent jusqu’ici que justice soit faite.

Entre 2010 et 2011, la Côte d’Ivoire s’enfonçait dans l’une des pires crises politico-militaires que le pays jamais connues depuis l’indépendance dans les années 1960. Des milices acquises à la cause d’Alassane Ouattara et la Force publique appuyée par des miliciens favorables au président Laurent Gbagbo se livrent des batailles sans merci sur toute l‘étendue du territoire ou presque.

Des combats imputables à un contentieux électoral né selon certains observateurs du refus de Gbagbo de reconnaître la victoire et céder le pouvoir à Ouattara, considéré par la Communauté internationale dont la France, comme vainqueur de la présidentielle de novembre 2010.

Au cours des cinq mois de conflit armé au moins 3 000 personnes ont été tuées et plus de 150 femmes ont été violées. Les éléments des deux camps ont été mis en cause dans la violation des droits de l’homme. Ce, en ciblant des civils sur la base de leur appartenance politique – et parfois ethnique et/ou religieuse.

Baye Bacar NDAO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here