Condamné à 20 ans de prison ferme pour atteinte à la sûreté de l’Etat et détention illégale d’armes et munitions de guerre par la cour criminelles de Brazzaville, le général Jean Marie-Michel Mokoko promet de se confier aux juridictions internationales. Non sans avoir épuisé les procédures au niveau national.

Il entend se battre jusqu’au bout. Mieux, comme un général. Condamné vendredi dernier à 20 ans d’emprisonnement ferme pour « atteinte à la sûreté de l’Etat et détention illégale d’armes et munitions de guerre », le général Jean Marie-Michel Mokoko, entend se pourvoir en cassation.

Une manière de contester le verdict rendu par le président de la Cour criminelle, Christian Oba et les autres jurés. L’affaire devrait être examinée au niveau de la Cour suprême. « Nous estimons que cette décision est illégale. Il reviendra à la Cour suprême de sanctionner cette illégalité par l’annulation pure et simple de cet arrêt rendu par la cour criminelle », a annoncé ce lundi, Maître Éric Yvon Ibouanga cité par RFI.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here