Des tirs de l’armée israélienne ont fait sept morts lundi parmi les Palestiniens rassemblés en bordure de Gaza pour l’avant-dernier jour de la « grande marche du retour » et avant le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem.
La tension est palpable lundi 14 mai, dans la bande de Gaza, alors que doit être inaugurée la nouvelle ambassade américaine à Jérusalem et qu’est célébré le 70e anniversaire de la création de l’État d’Israël. Des tirs israéliens à balles réelles ont déjà fait sept morts dans les rangs des manifestants palestiniens ainsi que 35 blessés, rapportent les services de secours gazaouis.
Des heurts qui interviennent également la veille de la fin de la « Grande Marche du retour » entamée fin mars pour l’anniversaire de la « Nakba », la « Catastrophe », qui désigne l’exode palestinien à la création de l’État d’Israël, en 1948. Ismaël Haniyeh, chef de file du Hamas dans la bande de Gaza, a promis une « marée humaine ».
Quarante-sept Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes depuis le début des manifestations, le 30 mars, selon les services de santé de la bande de Gaza. Les deux derniers étaient âgés de 21 et 29 ans. Aucune victime n’a été signalée côté israélien.
Des journalistes blessés
L’armée israélienne a largué des tracts lundi dans l’enclave pour sommer ses habitants de rester à distance de la clôture frontalière et de ne pas « tenter de la saboter ». Tsahal « continuera à agir contre ceux qui cherchent à porter atteinte à la sécurité d’Israël », peut-on y lire. Les manifestants, qualifiés d' »émeutiers », y sont en outre invités à « ne pas se laisser manipuler par le Hamas ».

avec France24

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here