Taiwan n’a pas reçu d’invitation à la 71e Assemblée mondiale de la santé (AMS) qui a débuté lundi à Genève. C’est la deuxième année consécutive que Taipeh est écarté de ce grand rendez-vous décisionnel de l’OMS. Ce mardi, même les journalistes taiwanais ont été empêchés de couvrir l’événement. Un isolement qui en dit long sur les pressions exercées par Pékin, y compris au sein des organisations internationales.

Le ministre de la Santé taiwanais Chen Shih-chung ne décolère pas. Il accuse les Nations unies de violer la liberté de la presse en interdisant aux journalistes taiwanais de couvrir un événement aussi important que celui de l’Assemblée mondiale de la santé. « Un acte inacceptable », selon lui et qui pourrait avoir de graves conséquences pour les 23 millions de Taiwanais privés d’informations sur des enjeux de sécurité sanitaire.

Lundi déjà, Taipeh avait protesté contre la décision de l’OMS d’exclure Taiwan de sa 71e édition, pour la deuxième année consécutive. L’ONU avait expliqué que les détenteurs d’un passeport taiwanais ne pouvaient pas accéder à des bâtiments des Nations unies, Taiwan n’étant pas officiellement reconnu par l’Assemblée générale.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu à demi-mot qu’elle n’était pas en mesure d’inviter les représentants diplomatiques ni les journalistes taiwanais tant que des solutions au conflit entre la Chine continentale et Taiwan n’étaient pas trouvées. Taiwan avait pu participer entre 2009 et 2016 en tant qu’observateurs à toutes les assemblées de l’OMS.

avec rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here