Le chef d’Etat burundais Pierre Nkurunziza a promulgué jeudi la nouvelle Constitution controversée, adoptée le 17 mai par référendum et qui lui donne la possibilité de rester en poste jusqu’en 2034.
“L’histoire s‘écrit au centre du pays à Gitega, le chef de l’Etat Pierre Nkurunziza vient d’apposer sa signature sur la nouvelle Constitution du Burundi”, a annoncé la présidence sur son compte Twitter officiel.
Pour l’opposition, l’adoption de la nouvelle Constitution enterre l’accord de paix d’Arusha signé en 2000, qui avait instauré un partage du pouvoir politique et ethnique.
La nouvelle Constitution permet au chef de l’Etat, au pouvoir depuis 2005, de briguer deux nouveaux mandats de sept ans à partir de 2020.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here