En Libye, un drone a visé ce mercredi 6 juin, peu après minuit, un responsable de l’organisation Etat islamique. Il s’agit d’Abou Muslim le Libyen, un chef de l’EI qui avait fui Syrte en 2016 pendant l’offensive des milices de Misrata. Africom, le commandement militaire américain pour l’Afrique, vient de le confirmer annonçant que cette frappe est menée en coordination avec le gouvernement d’union nationale en Libye. L’EI avait fait de Syrte, entre 2014 et 2016, sa capitale en Libye, et avait commis des atrocités énormes contre les civils.
C’est une « frappe de précision » assure le très court communiqué d’Africom, affirmant que quatre militants de l’EI en Libye ont été tués. Le communiqué ne donne pas le nom de la cible visée.
Mais il s’agit d’Abdel Ati Chtioui Abou Setta, alias Abou Muslim al-Liby, aussi connu sous le nom d’al-Kiwi. Il circulait à bord d’un 4×4 avec trois autres personnes près de chez lui, à 35 km à l’ouest de Bani Walid. Les corps ont été transportés à l’hôpital de la ville.
A l’époque du colonel Kadhafi, Abdel Ati Chtioui était déjà passé par la case prison pour ses activités jihadistes. Après 2011, il était devenu un des leaders d’Ansar al-Charia, groupe notamment accusé de l’assassinat de l’ambassadeur américain à Benghazi en 2012.
Il avait ensuite combattu en Syrie et en Irak avant de regagner la Libye début 2014. A Syrte, il était l’un des chefs de l’EI, chargé notamment de la logistique de l’organisation ainsi que de la communication avec les autres groupes jihadistes en Libye.

avec rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here