Le Conseil de sécurité a sanctionné jeudi 7 juin six chefs de réseaux de trafiquants de migrants actifs en Libye. Ce processus qui représente une première pour l’ONU avait été retardé par une demande de précisions de la Russie, selon des diplomates.
Les sanctions du Conseil de sécurité qui consistent au gel de comptes bancaires et à une interdiction de voyager, visent deux Érythréens, Ermias Ghermay et Fitiwi Abdelrazak, ainsi que quatre Libyens, Ahmad Oumar al-Dabbashi, Musab Abu-Qarin, Mohammed Kachlaf et Abd al Rahman al-Milad, le chef d’une unité de garde-côtes.
Cette décision a été possible, grâce à la « levée des réserves de la Russie sur la proposition des Pays-Bas d’inclure ces six individus sur une liste de personnes sanctionnées », a indiqué un diplomate. Ces mesures » s’appliquent immédiatement », a-t-il précisé.
Le 8 mai, la Russie avait suspendu le processus en demandant des précisions sur ces désignations, réclamant notamment un partage des « preuves abondantes », évoquées dans des documents de l’ONU, venant de « sources de confiance » et qui accusaient ces six individus. Moscou avait aussi relevé que des documents parlaient de réseaux « s’étendant à plusieurs pays européens et aux Etats-Unis », s’interrogeant sur la pertinence de sanctionner six individus africains sans remonter ces réseaux.

avec jeuneafrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here