Une toute nouvelle boutique de cannabis a ouvert ses portes à Paris, et ce, en toute légalité! C’est que le cannabis vendu ne contient que 0,2% de THC (Tétrahydrocannabinol, principale molécule du cannabis), soit exactement la limite permise par la loi!

Situé au 140 rue Amelot, dans le XIe arrondissement de Paris, Cofyshop attire les foules depuis son ouverture, mardi dernier.

Des dizaines de personnes ont fait la queue toute la journée, samedi, d’après Le Parisien qui était sur place. Certaines ont attendu une heure.

La veille, Cofyshop a dû fermer ses portes avant l’heure de fermeture après avoir écoulé toute sa marchandise!

«Nous avons épuisé le stock du jour, nous fermons donc pour la fin de journée, désolé à ceux que l’on a pas pu servir, réapprovisionnons pour demain, ouverture 10h30», pouvait-on lire sur la page Facebook du commerce.

Mais attention! Ce n’est pas un coffee shop comme à Amsterdam. C’est un comptoir où l’on peut acheter de l’herbe et du haschich à emporter.

C’est Joaquim Lousquy qui est derrière l’ouverture de cette nouvelle boutique. Le jeune entrepreneur de 29 ans est aussi le propriétaire de Xdolls, un «bordel de poupées sexuelles» dans le quartier Pernety (XIVe) où l’on peut louer des poupées en silicone aux gros seins, grandeur nature, pour satisfaire ses besoins au prix de 89 euros de l’heure.

«Ça marche bien et je vais en créer d’autres», a lancé Joaquim au Parisien.

«Les produits que l’on vend ont un taux de THC inférieur au seuil imposé par la loi. Et c’est du bio, sans engrais.»

Ce faible taux de THC (0,2%) ferait en sorte que les propriétés psychotropes de la drogues seraient pratiquement inexistants, ne laissant que le côté relaxant et calmant.

«Ca vaut le coup. Je n’aime pas être high… Là ça apaise avec une bonne odeur et dans la bonne humeur. Les 0,2% de THC c’est parfait», écrit un internaute sur Twitter.

«Cofyshop, ou marchant de cannabis legal. Est-ce que ça serait le début de la légalisation?» demande un autre.

Mais l’arrivée de la boutique ne fait pas le bonheur de tous!

«Ça sent le haschich dans la rue. Ça remonte chez nous!» s’est plaint Marlène aux médias.

Pacôme Rupin, député (LREM) de 33 ans, était aussi présent sur les lieux, samedi.

«Il y a eu un changement de loi. Ce monsieur s’est engouffré dans la brèche, mais on va regarder cela de près», a assuré le député.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here