« C’était vraiment une rencontre fantastique », s’est réjoui le président des Etats-Unis lors du sommet avec son homologue nord-coréen à Singapour.

L’image a longtemps été inimaginable. Il y a à peine quelques semaines, le « vieux fou » et le « petit gros » s’insultaient par médias interposés. Mais, mardi 12 juin, c’est par une poignée de main chaleureuse et des amabilités que le président des Etats-Unis, Donald Trump, et le dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong-un, se sont salués à Singapour lors d’un sommet inédit dans l’histoire des relations entre leurs deux pays.

A l’issue de ce rendez-vous, MM. Trump et Kim ont signé un document commun où le dirigeant nord-coréen s’engage au respect du principe d’une « dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ». De son côté, le président américain « s’est engagé à fournir des garanties de sécurité » à la Corée du Nord. Cet accord comporte quatre points principaux :

Les Etats-Unis et la Corée du Nord s’engagent à établir de nouvelles relations conformément à la volonté de paix et de prospérité des peuples des deux pays.
Les Etats-Unis et la Corée du Nord associeront leurs efforts pour bâtir un régime de paix durable et stable dans la péninsule coréenne.
Réaffirmant la déclaration de Panmunjom du 27 avril (signée par les présidents coréens), la Corée du Nord s’engage à travailler à une complète dénucléarisation de la péninsule coréenne.
Les Etats-Unis et la Corée du Nord s’engagent à restituer les restes des prisonniers de guerre et des portés disparus au combat, avec un rapatriement immédiat de ceux déjà identifiés.
Pour Kim Jong-un, « une nouvelle ère »

Avant de s’envoler pour les Etats-Unis, et alors que M. Kim était déjà parti, Donald Trump a tenu une conférence de presse de plus d’une heure, mardi en fin de matinée, pour revenir cette rencontre inédite. Il a notamment affirmé que le dictateur nord-coréen avait « un engagement indéfectible » à dénucléarisertotalement la péninsule coréenne. M. Trump a jugé que le M. Kim avait « une occasion unique » et que ce dernier lui avait assuré qu’un site d’essai balistique « allait être détruit très prochainement ».

Le document ne mentionne toutefois pas l’exigence américaine de « dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible » – formule qui signifie l’abandon des armes et l’acceptation d’inspections –, mais réaffirme un engagement antérieur plus vague. M. Trump a par ailleurs annoncé qu’il avait invité son homologue nord-coréen à la Maison Blanche, à Washington.

M. Trump a également affirmé qu’il mettrait fin aux sanctions à l’encontre de la Corée du Nord quand « la menace nucléaire sera complètement abandonné ». Enfin, le président des Etats-Unis a annoncé qu’il comptait renoncer aux exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud, décrits comme « très provocateurs » à l’égard de la Corée du Nord.

De son côté, le dictateur nord-coréen a salué une « rencontre historique » après avoir apposé son paraphe :

« NOUS AVONS DÉCIDÉ DE SIGNER UN DOCUMENT POUR LA NOUVELLE ÈRE QUI S’ANNONCE. ON VA VOIR UN CHANGEMENT TRÈS IMPORTANT, ON A TOURNÉ LA PAGE DU PASSÉ. JE REMERCIE M. TRUMP POUR AVOIR ORGANISÉ CETTE RENCONTRE, MERCI. »

A l’ouverture du sommet, Kim Jong-un s’est félicité que Nord-Coréens et Américains aient réussi à « surmonter les nombreux obstacles » qui ont failli empêcher la tenue de la rencontre. Souriants et pouce levé, les deux hommes ont ensuite demandé à la presse de sortir pour un entretien en tête-à-tête qui a duré une quarantaine de minutes.

Cocktail de crevettes et tarte tropézienne

Les deux dirigeants ont ensuite été rejoints par leurs délégations pour des discussions élargies consacrées à la dénucléarisation de la Corée du Nord et à la fin des hostilités dans la péninsule. Côté américain, étaient notamment présents le secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, et le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, connu pour son hostilité envers le régime de Pyongyang.

Puis, MM. Trump et Kim ont participé à un déjeuner de travail dans l’hôtel de luxe. Au menu, un savant mélange de mets occidentaux et asiatiques : cocktail de crevettes, porc croustillant sauce aigre-douce et tarte tropézienne. A la table, M. Kim était accompagné de son bras droit Kim Yong-chol, qui a récemment fait le déplacement à la Maison Blanche, et de plusieurs autres dirigeants du parti au pouvoir, dont sa sœur, Kim Yo-jong.

Au sortir du repas, le président américain a déclaré que ce sommet historique avait permis de faire « beaucoup de progrès ». « C’était vraiment une rencontre fantastique » qui s’est déroulée « mieux que quiconque aurait pu imaginer », a-t-il lancé à la presse, au côté de Kim Jong-un. Mike Pompeo, la cheville ouvrière du sommet côté américain, va se rendre pour en fin de journée à Séoul pour informerses homologues sud-coréen et japonais du contenu des discussions, avant de faire de même à Pékin.

Avec LeMonde

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here