L‘épidémie d’Ebola qui s’est déclarée début mai en République démocratique du Congo s’est quelque peu estompée. Mais dans la ville de Mbandaka, première zone urbaine à être touchée par cette récente épidémie, les chauffeurs de moto-taxi craignent pour leur vie.
En contact avec des dizaines de personnes toute la journée, les chauffeurs de moto-taxi espèrent profiter d’une meilleure protection, estimant qu’ils sont eux-aussi exposés à de nombreux risques. “Quand les gens sont malades, ils appellent ces conducteurs pour les emmener à l’hôpital, ce qui augmente le risque de transmission du virus”, a déclaré à l’Associated Press Jessica Ilunga, porte-parole du ministère congolais de la Santé.
À ce jour, pour réduire au maximum les risques de contamination, le gouvernement et les agences d’intervention contre Ebola leur demandent de baisser leurs capacités d’accueil, et de chausser des bottes en lieu et place de sandale. Une option à laquelle ces chauffeurs n’adhèrent pas. Car pour eux, moins de passagers, implique inéluctablement, moins de recettes.
Une épidémie stabilisée
En clair, ils exigent tout simplement des doses de vaccin, au même titre que les médecins et les contacts des personnes contaminées. « Ce n’est pas juste que seuls les médecins et les infirmières soient considérés comme exposés aux risques », a protesté Benjamin Leli, président de l’association des taxis de Mbandaka. “Nous sommes également exposés, et je ne veux pas que mes collègues contractent le virus Ebola”, a-t-il ajouté.
En pleine croissance de l‘épidémie en RDC, l’Organisation mondiale de la santé a dépêché des doses de vaccin afin de contenir l’expansion de la maladie. Depuis, à Mbandaka, ville de 1,2 millions d’habitants, “aucun nouveau cas n’a été signalé depuis le 12 mai” et à Bikoro, localité à l’origine de la maladie, aucun nouveau cas n’a été enregistré depuis le 13 mai. Le dernier cas enregistré a été signalé le 6 juin à Itipo, un village proche de Bikoro.
Cette épidémie, la neuvième déclenchée en RDC, a déjà fait 27 morts.

avec africanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here