Nairobi, cinquième ville la plus congestionnée au monde, veut désengorger son trafic routier. Pour le faire, le gouverneur du comté de Nairobi prévoit deux journées par semaine sans voiture. 

Dans quelque temps, les mercredis et samedis seront décrétés journées sans voiture dans deux des quartiers les plus fréquentés de Nairobi. La mesure, qui s’adresse plus aux voitures de particuliers, s’appuiera dès lors sur les transports en commun dont les trains et les autobus.

Pour l’heure, aucune mention n’est faite sur le début effectif de l’activité, mais le gouverneur du comté de Nairobi à l’origine de l’initiative, a annoncé la réfection des voies principales. Ces travaux devraient prendre six mois, a-t-il précisé.

Des avantages non négligeables

Dans le détail, quels sont les profits que Nairobi pourrait tirer de ses journées sans voitures ? D’abord il y a la décongestion du trafic routier dans la capitale kényane classée comme la cinquième ville la plus embouteillée au monde. Bien sûr, la réduction des embouteillages induira une réduction du temps d’attente des automobilistes et passagers pour un impact moins négatif sur l‘économie. Car, faut-il le rappeler, un trafic congestionné, c’est du carburant gaspillé, une usure accrue des véhicules et des heures de production perdues par les entreprises.

Autre avantage, la réduction de la pollution de l’air devenue un problème inhérent à de nombreuses capitales africaines et mondiales. Dans le monde, près de 4 millions de personnes meurent prématurément en raison de la pollution de l’air ambiant, causée par les industries, les ménages, les voitures et les camions.

Outre la réduction de la pollution de l’air, il y a aussi la pollution sonore qui devrait être amenuisée. Les niveaux élevés de bruit ne sont pas seulement ennuyeux ou dérangeant. Ils peuvent également causer des problèmes cardiaques et réduire le fonctionnement cognitif chez les enfants. Actuellement, environ 640 000 Kényans souffrent de problèmes d’audition.

Interdire les voitures pendant deux jours à Nairobi pourrait également améliorer la sécurité routière alors qu’en moyenne, environ 7 personnes meurent chaque jour dans des accidents de la route au Kenya.

Comme au Rwanda

Le Rwanda, lui, fait déjà l’expérience des journées sans voitures. Depuis 2016, l’opération qui se déroule une fois dans le mois est un énorme succès. La journée sans voiture, à laquelle se joint souvent le chef de l’Etat Paul Kagame, est en effet jumelée à des séances d’exercices physiques et de bien-être. Les examens de vue gratuits ont également réussi à mobiliser les populations.

Au Kenya, le chemin à faire est encore long. Et pour éviter la grogne, les autorités devraient, comme au Rwanda, penser à des solutions pour accroître l’attrait et la notoriété de la mesure.

Avec Africanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here