Les députés kényans ont opposé une fin de non-recevoir à une pétition portant sur le plafonnement de l‘âge pour la candidature à l‘élection présidentielle, apprend-on.

Un ouf de soulagement pour des acteurs politiques kényans septuagénaires désireux de participer à la présidentielle de 2022. L’article 260 de la Constitution n’a pas été amendé afin de limiter l‘âge du candidat à la présidentielle.

« Les droits des membres les plus âgés de la société de participer pleinement aux affaires de la société, de poursuivre leur développement personnel, de vivre dans la dignité et le respect sans subir les abus prévus par la Constitution doivent être respectés autant que ceux des jeunes », indique le comité parlementaire chargé d’examiner la requête d’un citoyen.

Résidant de Garissa, Mohamud Abdi a récemment adressé à la chambre basse du Parlement kényan une pétition de six pages axée essentiellement sur la limite d‘âge pour l‘élection présidentielle.

« Selon les scientifiques, les personnes âgées de plus de 70 ans sont plus exposées aux maladies chroniques et aux autres maladies liées au mode de vie. La capacité de ces individus », a écrit Mohamud Abdi.

Au cas où la requête devrait être validée, de grandes figures politiques seraient ainsi disqualifiées de la présidentielle de 2022.

Le cas du chef de file de l’opposition Raila Odinga qui aurait 77 ans en 2022. Mais, plus de peur que de mal pour Odinga et ses camarades de la National Super Alliance (NASA), principale coalition de l’opposition. L’Assemblée vient de rejeter la pétition.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here