Le gouvernement Trump n’épargne décidément rien aux familles de migrants. Face au tollé international provoqué par le durcissement de la politique migratoire américaine, dans le cadre de laquelle près de 3000 enfants migrants ont été séparés de leurs parents à la frontière, l’administration américaine s’était engagée à réunir en urgence une centaine de mineurs de moins de cinq ans et leurs familles avant le 10 juillet. Pour ce faire, le gouvernement avait reconnu la semaine dernière recourir à des tests ADN afin de remplir cet objectif au plus vite.

L’administration Trump avait choisi de procéder à ces tests en raison du fait que de nombreux enfants avaient été retirés dans la précipitation à leurs parents, souvent sans porter de document permettant de justifier leur identité. Ces tests ADN ont été commandés par le département de la Santé auprès d’une entreprise privée.

Mais selon le site Daily Beast, le gouvernement aurait imposé à plusieurs femmes de payer ces tests ADN, pour avoir l’espoir d’être réunies avec leurs enfants. « Aucune d’entre elle n’a l’argent pour payer les tests », a déploré Ruben Garcia, le directeur d’un refuge pour migrants situé à El Paso, à la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

avec BFMTV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here