Selon l’agence de la statistique officielle CAPMAS, le taux d’inflation a baissé à 13,5 % contre 14 % en juin. Une bonne nouvelle pour le gouvernement qui pourrait se mettre à l’abri de la colère des populations, informe Africanews.

Afin de mettre en œuvre les conditions exigées par le FMI dans l’exécution d’un programme de prêt de 12 milliards de dollars conclu en 2016, le gouvernement égyptien a procédé à l’augmentation des taxes sur plusieurs produits dont le carburant, l‘électricité et les transports.

Conséquence, le pays tributaire en grande partie des importations a enregistré dès 2017 un taux d’inflation de 34 %. Un niveau record dans ce pays tributaire des importations.

Mais, depuis le début de cette année, une tendance baissière se profile. D’après l’agence de la statistique officielle CAPMAS le taux d’inflation a chuté à 13,5 % contre 14 % en juin dernier. Plusieurs facteurs sont évoqués, notamment la réduction par la Banque centrale des taux d’intérêt de 1 %.

« Ainsi, le taux des dépôts à un jour est passé de 18,75 % à 17,75 %, tandis que le taux de financement à un jour est passé de 19,75 % à 18,75 % », commente le site agenceecofin.com.

Toutefois, selon Africanews, les Égyptiens n’entendent pas dormir déjà sur leurs lauriers. « Nous nous attendions à ce que la hausse soit pleinement visible en juin et que la réduction des dépenses devrait davantage aider à la baisse de l’inflation dès juillet », a déclaré Alia Mamdouh, économiste principal chez Beltone Financial.

La baisse progressive du taux d’inflation serait aussi à l’avantage du gouvernement qui redoute des remous sociaux comme en 2017 quand une flambée des prix a suscité la colère des Égyptiens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here