L’opposition guinéenne à annulé jeudi une manifestation prévue à Conakry à la suite d’un accord avec le pouvoir sur le résultat contesté des élections locales du 4 février, a appris VOnews.

Selon l’accord signé mercredi entre les deux parties, l’opposition (UFDG) désignera 22 présidents de quartiers et de districts, ainsi que les maires des communes rurales d’Ouendé Kénéma, Bignamou, Thiasso, Thindoye, Manfara et Bissikirima et celui de la commune urbaine de Kindia (ouest).

La mouvance présidentielle désignera pour sa part le maire de la commune urbaine de Dubréka, aux portes de la capitale.

Les exécutifs des quatre communes de Conakry litigieuses —Matoto, Matam, Ratoma et Dixinn— “seront élus conformément aux dispositions légales”, selon une entente commune.

Majorité et opposition ont également convenu de “diligenter” la mise en œuvre d’une disposition budgétaire prévoyant “l’assistance aux victimes” des manifestations, selon le porte-parole de la mouvance présidentielle.

Selon l’agence AFP, l’opposition contestait depuis six mois la victoire lors du scrutin du 4 février du parti au pouvoir, le RPG, face à l’UFDG de l’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo, principal opposant au président Alpha Condé.

Elle avait organisé en février et mars des manifestations qui s‘étaient soldées par la mort d’au moins douze personnes, avant d’entamer un difficile dialogue avec le gouvernement, interrompu à plusieurs reprises par de nouvelles manifestations et autres journées “ville morte”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here