Dans un entretien accordé à la radio française RFI, l’ancien gouvernement du Katanga, a réitéré ce choix.

“Si on choisit Félix Tshisekedi ou Jean-Pierre Bemba par la majorité des opposants, je vais les supporter. Si c’est moi, si j’arrive à postuler, si j’arrive à déposer ma candidature, ce sera vice-versa. Pour moi, le plus important, c’est d’avoir un candidat commun de l’opposition. C’est lui qui va nous faire gagner les élections.”

En effet, bien qu’il adhère à l’idée d’un candidat commun de l’opposition, Moïse Katumbi ne compte pas abdiquer face aux contraintes relatives au dépôt de sa candidature. Début août, il avait du reste tenté d’entrer sur le territoire congolais, sans succès. S’il accuse les forces de sécurité congolaises de l’en avoir empêché, le gouvernement congolais, lui, a dénoncé une mise en scène.

Le richissime homme d’affaires a déposé un recours devant le Conseil d’Etat dont il attend la réponse. Par ailleurs, au moment où nous écrivions ces lignes, les Congolais attendaient, impatients, la publication des listes provisoires des candidats à la présidentielle et à la députation que devraient communiquer la Céni.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here