Cinq élèves d’un lycée en zone anglophone du Cameroun sont portés disparus depuis lundi après l’attaque de leur établissement par des hommes armés, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

L’attaque s’est produite dans le lycée de Bafut (ville proche de Bamenda, capitale de la région du Nord-Ouest) le jour de la rentrée scolaire, a indiqué un témoin local à l’AFP. L’information a été confirmée par une source proche de la direction de l‘établissement.

Sur les sept élèves et le chef d‘établissement portés disparus lundi, cinq restaient introuvables après la libération mardi de deux élèves et du proviseur.

Ce dernier est “gravement blessé”, selon la source proche de la direction de l‘établissement. Dans les deux régions anglophones du Cameroun (Nord-Ouest et Sud-Ouest) où fait rage depuis plusieurs mois un violent conflit armé qui oppose l’armée à des séparatistes, un boycott des écoles a été décrété par des séparatistes.

Ceux-ci, qui estimant que le système scolaire francophone marginalise les étudiants anglophones, avaient renouvelé leur appel au boycott avant la rentrée de lundi.

Certains sécessionnistes ont déclaré sur les réseaux sociaux qu’ils ne garantissaient pas “la sécurité des enfants” qui retourneraient étudier. Lundi, le taux de remplissage des établissements scolaires de Bamenda était faible, a affirmé à l’AFP un témoin.

“Combats quotidiens”

La profonde crise politico-sécuritaire au Cameroun anglophone a débutée fin 2016 par des manifestations de rues, initiées par des avocats anglophones et des enseignants, pour protester contre les discriminations subies selon eux par les populations anglophones au Cameroun.

Aujourd’hui, les combats entre soldats et séparatistes sont devenus quasi quotidiens et les civils sont pris “entre deux feux, entre le marteau et l’enclume”, selon l’ONG Amnesty.

Les représentants en zone anglophone du pouvoir central, dont les chefs d‘établissement, sont fréquemment pris pour cibles par des hommes armés identifiés comme des sécessionnistes.

A la rentrée scolaire de 2017, plusieurs écoles avaient été incendiées en zone anglophone, où les élèves et étudiants n’ont pas pu suivre correctement les cours depuis 2016.

avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here