Présidentielle du 23 décembre 2018 en RDC, la Cours constitutionnelle a rendu ses premiers verdicts.

L’institution a réhabilité deux candidats écartés par la Commission électorale nationale indépendante, pour “défaut de nationalité (congolaise) d’origine”.

L’ex-Premier ministre Samy Badibanga et la seule femme candidate, Marie-Josée Ifoku ont vu leur différentes requêtes ‘‘reçues et fondées’‘ par la Cour, qui a par ailleurs annulé la décision” de la Céni qui déclarait irrecevable leurs candidatures.

Une autre candidature, celle de l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba (2003 à 2006) jugée irrecevable par la Céni en raison de sa condamnation pour subornation de témoins par la Cour pénale internationale, a été jugée recevable mais non fondée par le Procureur.

Même sentence pour l’ex-Premier ministre Adolphe Muzito dont le recours a également été jugé recevable, mais non fondé.

Les deux derniers candidats ne feront par conséquents pas partie de l‘échéance électorale.

Au total, six candidatures – sur 25 – avaient été déclarées irrecevables par la Céni pour cette élection jugée cruciales pour la RDC.

Le procureur a demandé à la Cour de suivre la décision de la Céni.

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here