Deux départs, deux remplacements. C’est un remaniement a minima qu’a finalement effectué Emmanuel Macron, mardi 4 septembre, en réaction au coup de tonnerre de la démission de Nicolas Hulot.

L’un des seuls écologistes de poids de la majorité, le président de l’Assemblée nationale François de Rugy a pris la succession de Nicolas Hulot au ministère de la Transition écologique et solidaire, avec pour mantra de « l’action, encore de l’action et toujours de l’action ».

À 44 ans, François de Rugy obtient pour la première fois un portefeuille ministériel. Un choix logique pour Pascal Durand, proche de Nicolas Hulot : « François de Rugy a donné des gages » à la majorité et « a de vraies convictions écolos », affirme l’ancien secrétaire national d’EELV à l’AFP.

Un parlementaire de la majorité se montre plus sévère : « Rugy, c’est le recroquevillement de la politique écologique, une énorme erreur mais en même temps un signal très clair », cingle-t-il.

« On ne peut plus se dérober devant la nécessité de l’action »

Interrogé la semaine dernière sur RTL, le président de l’Assemblée nationale avait affirmé n’être « candidat à rien ». Mais il avait aussi écrit sur Facebook qu’en matière d’écologie, « on ne peut plus se dérober devant la nécessité de l’action ».

L’ancienne nageuse Roxana Maracineanu, 43 ans, championne du monde du 200 m dos en 1998, est par ailleurs nommée ministre des Sports à la place de Laura Flessel, qui a annoncé son départ dans la matinée, a précisé la présidence.

Aucun autre changement au sein du gouvernement n’est annoncé avec ce remaniement, qui intervient une semaine après la démission surprise de Nicolas Hulot de son poste de numéro 3 de l’équipe dirigée par Édouard Philippe.

Avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here