A deux jours de la présentation du plan pauvreté par Emmanuel Macron, le Secours populaire français dévoile ce mardi 11 septembre les résultats de son douzième baromètre sur la pauvreté en France. Réalisé avec l’institut de sondage Ipsos auprès d’un panel représentatif de la population française, il met cette année un coup de projecteur sur le sujet de la précarité alimentaire.

En France, près de neuf millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. La nourriture est souvent le premier poste de dépenses qu’elles sacrifient. Le rapport du Secours populaire démontre aussi qu’il leur est très difficile d’avoir une alimentation équilibrée.

Des « économies sur des produits importants »

« Dans l’alimentation, ils font des économies sur des produits importants pour l’équilibre nutritionnel, notamment sur les fruits et les légumes, explique Thierry Robert, directeur général de l’association. Les personnes qui gagnent moins de 1 200 euros par mois sont 53% à déclarer avoir des difficultés à consommer ce type de produits et 48% qui disent ne pas pouvoir prendre trois repas par jour. Vous voyez le drame que représente cette question de l’accès à l’alimentation pour des familles dans notre pays. »

Des conséquences « sur la santé »

Et ce drame a des conséquences « sur la santé, sur des problèmes d’obésité, sur des problèmes ensuite de maladies qui apparaissent plus tard, énumère-t-il. Des conséquences sur la scolarité des enfants. Quand on prend mal un petit déjeuner le matin, qu’on a du mal à se nourrir le midi, cela génère des problèmes importants de carences qui ont un impact sur la santé vitale mais aussi intellectuelle des personnes. »

En 2017, le Secours populaire a apporté une aide alimentaire à plus de 1,8 million de personnes en leur distribuant des colis alimentaires, mais aussi en leur proposant des ateliers pour leur apprendre comment faire de la cuisine saine et peu chère.

avec rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here