Ça chauffe en Éthiopie. De nombreuses personnes sont dans la rue depuis ce matin pour dénoncer les violences enregistrées ces derniers temps dans la région de l’Oromia.

La place Meskel prise d’assaut ce lundi 17 septembre par foule en colère. Ces personnes disent être remontées contre « l’insécurité » qui prévaut dans la région d’Oromia. Notamment dans la ville de Burayu où d’après l’agence de presse officielle ENA, près de 23 personnes auraient péri des suites des violences entre communautés.

Ce qui a provoqué l’exode des centaines de personnes pour Addis-Abeba, la capitale.

D’après le site Addis Standard, des soldats se seraient rendus dans les communautés touchées. Le Premier ministre a dénoncé les attaques qu’il a qualifiées de lâches. Abiy Ahmed a ainsi promis une réponse « appropriée ».

Bien que la police ait dispersé la plupart des manifestants, des sources concordantes indiquent que les activités économiques auraient tourné au ralenti en raison de la fermeture de certains commerces.

Ces manifestations qui interviennent quelques jours après le retour d’exil de Birhanu Nega, leader de l’opposition pourraient mettre à mal la mise en œuvre des réformes entreprises par Abiy Ahmed depuis son accession au pouvoir en avril dernier.

avec africanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here