Il y a près d’une semaine, l’opposante Victoire Ingabire était libérée à la surprise générale après avoir purgé les deux tiers de sa peine. Officiellement sur une grâce présidentielle après avoir demandé par écrit pardon au chef de l’Etat rwandais, même si la presse internationale parle de pressions extérieures. Mercredi 19 septembre, le président Paul Kagame a profité de la cérémonie de prestation de serment du Parlement nouvellement élu pour lancer un sérieux avertissement à son opposante.

Comme à son habitude, Paul Kagame n’a pas mâché ses mots. Apparemment irrité par le discours public de Victoire Ingabire depuis qu’elle est sortie de prison, le président rwandais, sans jamais la citer, lui a lancé sur un ton péremptoire une sévère mise en garde devant des parlementaires qui l’ont applaudi à tout rompre.

 

« Ecoutez, lorsque nous avons gracié il y a quelques jours des stars de la politique, une politique-spectacle qui n’est pas enracinée dans le pays, nous avons vu certains raconter du blabla : « Non, moi je n’ai pas demandé pardon », ou encore « on nous a libérés grâce aux pressions extérieures ». Des pressions ici au Rwanda ? a lancé le chef de l’Etat rwandais. Si vous continuez sur ce ton, vous allez vous retrouver de nouveau en prison. Et si vous voulez une preuve que la pression ne marche pas ici, mais plutôt qu’il faut agir avec sagesse, vous allez vous retrouver de nouveau en prison ou encore une fois à vagabonder hors du pays, car c’est tout ce que vous pourrez y faire. »

 

Jusqu’ici en tout cas, celle qu’on surnomme « la Dame de fer des FDU », les Forces démocratiques unifiées, a promis de poursuivre sa lutte pour la démocratie au Rwanda.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here