Le gouvernement du Canada et le gouvernement élu du Québec se rallieront au consensus qui se dessine derrière la rivale de Michaëlle Jean, la ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo, au Sommet de la Francophonie, informe radio-canada. 

Louise Mushikiwabo pourrait facilement battre son adversaire dans la course au secrétariat général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). La secrétaire générale sortante vient d‘être délaissée par son propre pays, le Canada.

C’est ce qu’on appelle être rejeté par les siens. Et c’est ce que vient de vivre Michaëlle Jean secrétaire générale sortante de l’OIF. Son pays le Canada lui a retiré ce 9 octobre, son appui dans cette course au secrétariat général de l’institution.

« Le Canada est prêt à se rallier au consensus, comme le veut la façon de faire en Francophonie », a indiqué mardi soir Jeremy Ghio, l’attaché de presse de la ministre canadienne de la Francophonie, Mélanie Joly, dans un e-mail adressé à des médias.

Parmi ces médias, le quotidien pro-gouvernemental rwandais « The New Times Rwanda » qui venait de la partager sur sa page Twitter. « Louise Mushikiwabo en passe d‘être élue secrétaire générale de l’OIFaprès que le Canada a retiré son soutien à sa concitoyenne Michaëlle Jean », a écrit l’organe.

Voilà qui pourrait dissiper tout suspense que de nombreux observateurs entrevoyaient pendant l‘élection du secrétaire général de l’OIF lors du sommet qui aura lieu du 11 au 12 octobre à Erevan en Arménie.

Cette élection à venir de Mushikiwabo ets aussi celle de plusieurs symboles. Notamment la réconciliation entre la France et le Rwanda en froide depuis le génocide de 1994 en raison du rôle présumé de l’Hexagone aux côtés de l’armée rwandaise et des miliciens hutus Hinteramwés. La France pour sa part a toujours reproché au Front patriotique rwandais (FPR) d’avoir déclenché le génocide en abattant l’avion du président Habyarimana.

Le génocide laissé derrière le passé, l’OIF devrait envisager l’avenir avec son fils prodige. Mais, un fils dont des observateurs dénoncent une sorte d’impertinence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here