Du fait de l’insécurité, les activités scolaires sont souvent perturbées ou paralysées dans certains quartiers de Beni à l’est de la RDC. Et en dépit des cris de détresse des enfants, les lignes ne semblent pas bouger, apprend-on.

Selon Africanews, dans plusieurs pays francophones, les élèves ont déjà renoué avec l‘école dans le cadre de l’année scolaire 2018-2019.

À Beni par contre, certains élèves n’ont pas encore mis pied à l‘école. C’est le cas dans des quartiers tels que Paida, Bel Air, Kasinga et Boikene dans la commune de Rwenzori à l’est de la ville.

Une commune qui est souvent le théâtre d’affrontements entre les forces armées de RDC (FARDC) et des membres présumés du groupe islamiste ougandais Forces démocratiques alliées (ADF). Non sans faire des victimes parmi les civils.

Selon Human Rights Watch (HRW), cette ville du Nord-Kivu à l’est de la RDC a déjà perdu plus de 1000 de ses habitants ces quatre dernières années du fait d’attaques souvent attribuées à des ADF. La dernière tuerie en date est celle qui a fait ce 8 octobre près de cinq morts.

Le 22 septembre dernier, 17 victimes personnes avaient trouvé la mort dans un assaut imputé aux ADF. Deux jours plus tard, près de 16 personnes (pour la plupart des enfants) ont été kidnappées et manquent jusqu’ici à l’appel. Depuis le début de cette année, plus de 100 attaques ont été perpétrées tuant ainsi plus de 235 civils.

Mais, au-delà des morts, c’est l’avenir des enfants qui semble mis à rude épreuve. Une situation « intenable » à laquelle les élèves de Beni veulent réagir. Ainsi qu’en témoignent des manifestations qui ont eu lieu ce 9 octobre à Beni pour dénoncer « l’incapacité » des autorités et de la MONUSCO à mettre les assaillants hors d‘état de nuire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here