L’ancien président de la Fédération Ghanéenne de Football (GFA), Kwesi Nyantakyi, a annoncé hier mercredi vouloir faire appel auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) afin que soit annulée la suspension à vie prononcée contre lui de toutes les activités liées au football aux niveaux national et international. 

La sanction a été prise contre lui par la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) le mardi et a été amendé à payer une somme de 500.000 francs suisses, soit un montant d’environ 288 millions de F Cfa.

En première réaction contre la sanction qui a été prise contre lui, Nyantakyi, s’est dit « profondément attristé » et « choqué » après avoir appris qu’il avait été banni à vie par la FIFA, l’instance dirigeante du football mondial. Il a qualifié la décision d’« injuste et sévère ».

En détail, Nyantakyi a fait savoir dans la déclaration rendue publique que « Je souhaite exprimer mon choc et ma profonde tristesse après avoir appris la décision du Comité d’arbitrage d’éthique de la FIFA le mardi. Mes conseillers juridiques sont sous mes instructions pour faire appel de manière urgente de la décision, car je pense que c’était injuste, sévère et injustifié. J’utiliserai tous les moyens juridiques disponibles pour demander réparation et établir les faits que j’ai présentés au comité ».

Dans le désir de que justice lui soit rendu et que les faits relevés contre lui soit éclaircis, l’ancien président de la GFA a laissé entendre que « Même si j’ai déjà démissionné de tous mes postes de football, il est important que j’établisse les faits dans le seul but de préserver l’honneur de mon nom ».

La suite de la déclaration fait lire que « Pour le moment, je ne suis pas en mesure de vous fournir plus de détails, mes avocats examinant les faits pour faire appel devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS). Je souhaite exprimer ma sincère gratitude au peuple ghanéen, africain et même mondial pour son soutien sans faille et son élan de sympathie ».

Avant que la FIFA ne suspende Nyantakyi a vie, rappelons qu’il a été dans un premier temps interdit provisoirement pendant 90 jours en juin dernier après la présentation d’une preuve audio et vidéo d’allégations de corruption par le journaliste d’investigation Anas Aremeyaw Anas. C’était dans son documentaire intitulé #Number12. La suspension a été prolongée en septembre 2018 une seconde fois de 45 jours à l’expiration.

Kwesi Nyantakyi va-t-il réussir à se faire justice ? En tout cas, il est désormais sur deux fronts judicaires, l’un dans son pays au Ghana contre Anas Aremeyaw Anas, l’auteur du documentaire ayant entrainé sa chute et l’autre auprès du TAS en Suisse afin que sa suspension à vie soit levée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here