Lorsque le président Kagame a annoncé la nomination de son nouveau cabinet la semaine dernière, il convient de souligner le nombre de femmes nommées et l’entrée de jeunes novices.

 

Pour les personnes qui ne sont pas familiarisées avec la politique rwandaise, c’est sans aucun doute excitant – à juste titre.

 

On parle beaucoup du petit nombre de jeunes leaders en Afrique, mais l’âge moyen des jeunes sur le continent est inférieur à 20 ans, ce qui crée une déconnexion avec les dirigeants dans de nombreux endroits.

 

En outre, trop peu de femmes occupent des postes de direction, mais leur rôle dans la croissance socio-économique de tous les pays est essentiel.

 

Cela explique probablement pourquoi les leaders en transformation constituent de plus en plus des équipes composées de plus de femmes et de membres plus jeunes.

 

Pour le Rwanda, ce voyage n’a pas commencé la semaine dernière avec la nomination du nouveau cabinet.

 

Cela dure depuis plus de dix ans.

 

Il y a environ 15 ans, le Rwanda était classé 37ème rang mondial pour le nombre de sièges occupés par des femmes au Parlement.

 

Aujourd’hui, avec plus de 60% de femmes, le Rwanda compte le pourcentage le plus élevé de femmes au parlement.

 

Le cabinet précédent comptait plus de 40% de femmes, une proportion élevée par rapport aux normes actuelles. Avec le dernier remaniement, les femmes occupent plus de la moitié des postes ministériels.

 

Pour comprendre l’âge démographique du nouveau gouvernement, il faut apprécier le parcours du pays. La lutte de libération était organisée, commandée et remportée par des hommes et des femmes largement âgés de moins de 35 ans.

 

Le plus jeune ministre a actuellement 31 ans et faisait partie du cabinet précédent. Avec l’entrée et la reconduction d’autres jeunes hommes et femmes, l’âge moyen du nouveau cabinet est tombé à 47,5 ans.

 

Bien sûr, ce n’est pas seulement la jeunesse ou le fait d’être une femme qui permet d’être une dirigeante, mais une combinaison d’autres facteurs, notamment les compétences, l’expérience et la capacité de produire des résultats.

 

Toutefois, si l’on tient compte de la transformation du Rwanda au cours des deux dernières décennies, la performance des femmes et des jeunes Rwandais à divers postes de direction dans tous les secteurs incite à les inclure davantage.

avec radiotankonnon.over-blog.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here