Fox News, NBC et CNN ont décidé lundi, la veille des élections de mi-mandat, de ne pas diffuser un spot électoral jugé « raciste » de la campagne du président américain. Facebook a pris la même décision.
La veille des élections de mi-mandat, lundi 5 novembre, plusieurs chaînes américaines ont décidé de retirer de leur antenne un message vidéo électoral de la campagne de Donald Trump, qui dressait un parallèle entre un criminel mexicain et les convois de migrants en route vers la frontière américaine.
La chaîne Fox News, dont plusieurs présentateurs affichent pourtant leur soutien au président américain, a ainsi retiré de l’antenne le spot électoral controversé. « Après examen, Fox News a retiré la publicité hier [dimanche] et elle n’apparaîtra plus ni sur Fox News, ni sur Fox Business Network », a indiqué la présidente de la vente d’espaces publicitaires pour la chaîne, Marianne Gambelli, dans un message transmis lundi à l’AFP.
La chaîne NBC en a fait autant et Facebook a indiqué à l’AFP avoir également retiré cette publicité de sa plateforme. CNN avait de son côté d’emblée refusé de diffuser la vidéo dès qu’elle avait été soumise à sa régie publicitaire et l’a qualifiée de « raciste ».
La vidéo commence sur des images de Luis Bracamontes, ressortissant mexicain condamné à mort en avril pour le meurtre de deux policiers en 2014. Outre la gravité des faits, l’affaire avait attiré l’attention des médias car Bracamontes avait accueilli le verdict de culpabilité en riant, promettant de s’échapper de prison et de « tuer plus de flics bientôt ».
Dans la publicité, les images du Mexicain sont accompagnées des messages : « Les démocrates l’ont laissé entrer dans notre pays » et « Les démocrates l’ont laissé y rester ». Le spot enchaîne sur des images des convois de migrants qui font actuellement route, depuis le Mexique, vers la frontière américaine. Il montre aussi des migrants enfonçant des portes grillagées. « Qui d’autre les démocrates laisseraient-ils entrer ? », interroge la réclame, évoquant le scénario d’une victoire électorale des démocrates lors du scrutin de mardi.
Plusieurs médias américains ont relevé que Luis Bracamontes, plusieurs fois expulsé du territoire américain, y serait revenu pour la dernière fois entre mai 2001 et février 2002, soit sous l’administration Bush.
Interrogé par des journalistes sur le caractère potentiellement choquant de ce message vidéo, le président, qui a fait du danger de l’immigration son principal thème de campagne, a répondu : « Beaucoup de choses sont choquantes. Vos questions sont choquantes ». « Il est certain qu’elles sont efficaces », a également dit Donald Trump au sujet de ces vidéos qui insistent sur le risque d’une immigration clandestine de masse et sur la prétendue dangerosité de certains des candidats à l’entrée aux États-Unis.
Avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here