Des sages du parti présidentiel du Gabon, le Parti démocratique gabonais (PDG), ont appelé jeudi le gouvernement à “communiquer judicieusement pour rassurer l’opinion” sur l‘état de santé du président Ali Bongo Ondimba, hospitalisé depuis deux semaines en Arabie saoudite.

Dans un communiqué publié jeudi, le conseil consultatif des sages du PDG souhaite éviter que “se pérennise un climat délétère préjudiciable au pays”.

L’absence d’informations sur l‘état de santé de M. Bongo, 59 ans, alimente l’inquiétude et les rumeurs alarmistes au Gabon depuis son hospitalisation le 24 octobre à Ryad après un “malaise”, selon la présidence.

Précisant que “la vacance du pouvoir” n’est “nullement à l’ordre du jour”, les sages du PDG disent cependant “assister, ahuris, à de folles rumeurs à travers les médias et les réseaux sociaux”.

Ils indiquent que cette “guerre de communication” compromet la “relance durable de l‘économie susceptible de créer des emplois et garantir le développement”.

“Laisser faire cet état de choses c’est se rendre complice de la propagation de la haine, de la division et de la détérioration du climat politique qui en découlent”, estiment-ils.

Sur les réseaux sociaux, la Première dame gabonaise, Sylvia Bongo Ondimba, a indiqué jeudi que “le Président Ali Bongo Ondimba et (elle étaient) particulièrement touchés” par les “nombreuses prières et messages de soutien”.

Mercredi, Sylvia Bongo avait changé sa photo de profil sur ces réseaux, passant d’une photo d’elle, seule, en couleur, à une photo en noir et blanc où le couple présidentiel est habillé de sombre.

Une source étrangère proche du président Bongo, qui dit avoir eu des nouvelles mercredi matin, a affirmé mercredi à l’AFP que le président gabonais “a eu un AVC” (accident vasculaire cérébral), cause de son hospitalisation.

avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here