La journée de ce mardi marque à Lomé et au Togo en général le début de la campagne électorale pour les élections législatives prévues pour le 20 décembre 2018. Au même moment, le mot d’ordre de «Togo mort » lancé par la coalition de l’opposant a ralenti le flux des activités dans la capitale.

La campagne électorale a débuté ce mardi prendra fin le 18 décembre à minuit. Elle va donc durer 14 jours et concerne 850 candidats issus de 130 listes.

Les partis politiques ayant présentés des candidats à ces élections sont le parti UNIR au pouvoir et certaines formations de l’opposition comme le MPDD, l’UFC, le NET, la CPP, CLE, le PDP, le PDR, le MRC ainsi des indépendants.

A la veille du début de la campagne, Prof. Kodjona Kadanga, le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a exhorté les populations pour que l’opération de conquête de l’électorat puisse se dérouler dans la « sécurité, l’apaisement, le calme et la sérénité ».

Pour sa part, la coalition de l’opposition a décrété ce mardi comme une journée «Togo mort ». La coalition qui boycotte les législatives entend protester contre les préparatifs électoraux qui ne sont pas de nature à garantir selon elle la transparence du vote.

De ce fait, la coalition de l’opposition exige l’arrêt du processus électoral, l’effectivité des réformes constitutionnelles institutionnelles, la révision du cadre électoral.

L’organisation des élections législatives est maintenue dans un contexte politique particulier dans le pays. Les réformes institutionnelles et constitutionnelles qui devraient être actées le 30 novembre 2018 avant les législatives n’ont pu être faites pour cause de désaccords entre les députés de la majorité et ceux de la coalition de l’opposition au parlement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here