La Vice-présidente du Liberia, Mme Jewel Howard-Taylor, est sous le coup d’une expulsion au sein de son parti, le National Patriotic Party (NPP). Howard-Taylor n’a pas encore réagi sur cette affaire et est toujours à son poste.

Réunis samedi 1er décembre dernier en session extraordinaire du NPP à Bentol, dans le comté de Montserrado, des délégués sous la direction de James Biney ont voté à l’unanimité d’exclure Howard Taylor du parti. La faction de Biney a aussi exclu John Gray, le président du parti.

Et comme conséquence directe à venir de cette décision, les frondeurs se proposent de saisir le Président George Weah pour que l’actuelle vice-présidente du pays soit remplacée. Mme Howard-Taylor et Weah ont été élus sur la liste des candidats de la Coalition for Democratic Change (CDC) au pouvoir.

Les frondeurs motivent leur démarche par le fait que les deux personnes exclues agiraient contre la constitution du parti et auraient tenté de diviser le NPP et, par extension le parti CDC au pouvoir.

Des raisons de cette controverse au sein du NPP à Monrovia, la capitale du pays, il se murmure que la vice-présidente s’opposerait à une idée de fusion du NPP avec le CDC au pouvoir et qu’en plus elle nourrirait une ambition présidentielle pour 2023.

En première réaction à cette affaire, John Gray a qualifié la décision de son exclusion par un groupe d’inconstitutionnelle et a qualifié leur démarche d’illégitime.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here