Deux personnes ont été arrêtées dans la région de la Volta (VR) au Ghana pour avoir prétendument tenté de jeter un sort contre le Président Nana Akufo-Addo et le roi des Ashanti, Asantehene, Otumfuo Osei Tutu II, et d’autres représentants du gouvernement sur le projet de création de nouvelles régions, notamment la région de l’Oti.

Les deux suspects, Ebenezer Atsu et Sheperd Acolatse, résident à Ashaiman (Accra), mais sont retournés dans leur région natale et ont consulté le mercredi dernier Festus Kwashie Babanawo, un prêtre traditionnel afin qu’il place les deux dirigeants sous le contrôle de la magie noire. Après leur arrestation, les deux hommes ont été transférés à Ho au siège de la police régionale de la région de la Volta.

L’’accusation à retenir cintre les deux Voltarians risque d’être compliquée car il se murmure à Ho que les accusés n’ont encore commis aucun crime en vertu des lois ghanéennes autre que l’exercice de leur liberté religieuse.

Selon les faits, les deux hommes ont rendu visite à un prêtre traditionnel de Weta, dans la municipalité de Ketu North dans le VR. Le prêtre traditionnel, après avoir reçu le message des deux personnes mécontentes de la partition de leur région, a préféré alerté la police, une situation qui a conduit à l’arrestation des deux Voltarians.

Contre l’arrestation des deux personnes, Stephen Kwaku Asare, un juriste et professeur aux États-Unis a publié sur Facebook que les deux personnes n’ont commis aucun crime.

Tout en accusant le Commissaire de la police régionale de la Volta d’avoir abusé de son droit, Asare fustige le prêtre Babanawo pour avoir violé son devoir et son éthique professionnels en rapportant les deux personnes à la police. Il a exhorté les spiritualistes qu’ils doivent comprendre que les échanges entre eux et leurs membres sont à la fois confidentielles et privilégiées.

Cette affaire spirituelle survient dans un contexte où le projet d’un referendum sur la création de nouvelles régions dans le pays se poursuit. Le projet de la création de la région Oti suscite une controverse parmi le peuple Ewe et les personnes résidant dans les régions du nord de la VR. Pour l’heure, on ignore comment la police entend traiter cette affaire et de quelle infraction les suspects pourraient être inculpés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here