A Madagascar, les conclusions du rapport d’audit des logiciels de traitement des résultats de la Céni (la Commission électorale nationale indépendante) ont été dévoilées ce vendredi 7 décembre. Pour rappel, ces logiciels avaient été pointés du doigt par plusieurs candidats du premier tour, au motif qu’ils avaient conduit à de grosses erreurs de comptage de voix. Cet audit, la Haute cour constitutionnelle ne l’a pourtant pas exigé. Mais pour désamorcer les fortes tensions qui ont pesé durant les trois semaines d’attente des résultats officiels du premier tour, la Céni a préféré jouer la transparence et demander une nouvelle analyse de son système.

« Nous n’avons trouvé aucune faille dans le système de la Céni ». Cette petite phrase, c’est Saber Bhar, l’expert du cabinet international Moore Stephens chargé de l’audit des logiciels de traitement des résultats, qui l’a prononcée en préambule de la présentation du rapport d’audit.

 

« Le niveau de sécurité est correct, mais comme tout système informatique, la politique de sécurité peut être encore améliorée. Donc nous avons donné des recommandations à court terme. Ces recommandations doivent être mises en place avant les prochaines élections. Les développeurs de la Céni pourront faire eux-mêmes ces modifications, c’est faisable en moins de deux semaines », explique-t-il en détaillant les conclusions du rapport.

 

Des représentants des deux candidats présents

 

Dans la salle, les représentants des deux candidats sont présents. « Nous acceptons les recommandations émises par les experts internationaux et nous encourageons la Céni à prendre en compte tout ça », détaille le technicien du clan Ravalomanana, Tiana Andriamanampisoa.

 

Même son de cloche du côté du candidat Rajoelina. Feno Harison, ingénieur en informatique qui a participé aux trois jours d’audit, met toutefois en garde l’institution. « Les recommandations des experts internationaux nous conviennent. Par contre, désormais, on attend que la Céni exerce son métier pour faire les corrections et les améliorations sur le système d’information. Si la Céni ne le fait pas, on sera présent sur toutes les étapes du traitement informatique que ce soit au niveau des districts ou de la centrale, pour s’assurer qu’il n’y aura pas de fraude, affirme le jeune homme. Une des recommandations qui nous semble vraiment importante, c’est de tracer la modification des saisies qui sont faites dans le système pour lever tous les doutes sur le système d’information de la Céni », poursuit-il.

 

La Céni affirme vouloir mettre tout en œuvre pour répondre à ces recommandations afin que les résultats du second tour soient acceptés par tous, notamment et surtout, par les deux candidats. Seule réserve émise : vérifier que les recommandations respectent bien tous les différents aspects juridiques contenus dans les lois malgaches.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here