En Tunisie la colère des enseignants ne faiblit pas. Mercredi, ils étaient des centaines sur le parvis de l’Avenue Habib Bourguiba à Tunis, réclamant de meilleures conditions salariales, une retraite anticipée et une réforme de l‘éducation.

Depuis, l’année dernière, les enseignants des lycées et des collèges descendent régulièrement dans les rues de Tunis à l’appel de leur syndicat.

“Nos revendications ont été réduites à de simples revendications monétaires. Oui, bien sûr, nous avons des revendications salariales, mais nous voulons aussi d’autres choses. Le plus important est la protection de la gratuité de l’enseignement, la protection des étudiants et de leurs établissements, ainsi qu’une loi qui protège également les enseignants. En tant qu’enseignants, nous n’avons pas de lois pour nous gouverner, et même aujourd’hui nous sommes réunis ici sans le soutien d’un parti politique, mais malgré tout, une chose nous unit et c’est la défense de nos droits “

Dans les autres villes du pays, les enseignants se sont rassemblé pour réclamer la démission ministère de l‘éducation Hatem Ben Salem , l’accusant d‘être le frein à l’avancée des négociations.

Depuis le déclenchement de la protestation, seuls 9 700 examens sur 33 900 programmés ont pu se tenir. Une situation qui a suscité la colère des élèves qui ont vandalisé les établissements, avant d’être stoppés par la police. D’un autre côté les parents d‘élèves dénoncent les méthodes grévistes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here